Pas de téléphone

Ce site n'est pas consultable sur mobile.

Pour profiter pleinement de toutes les activités du site web, veuillez consulter le site sur ordinateur ou tablette en orientation paysage.

Vidéo selon l’évangile de Jean :

La passion c’est quoi ?

Passion vient d’un mot latin qui signifie souffrir.
La passion désigne les souffrances de Jésus lors de son arrestation, de son procès, des différents supplices qu’il a subis et dont le dernier, la mise sur la croix.
Dans la Bible, les 4 évangiles racontent cet évènement de manière similaire avec des détails différents.

L’arrestation de Jésus (1ere étape)

Aide-toi du texte ci-dessous pour répondre aux questions (puis tu lis les réponses en cliquant sur chaque question)

Pierre tranche l’oreille du serviteur du grand-prêtre, avec son épée.
Que penses-tu de cette façon d’agir ?
Plusieurs réponses possibles
a) justifiée par les circonstances
b) sadique
c) courageuse
d) inutilement violente Réponses possibles :
c/ Courageuse : Pour une fois les disciples s’engagent pour défendre Jésus.
d/ Inutilement violente : Le geste de Pierre est inutilement violent, mais correspond bien à son caractère fougueux.


Quelle est l’attitude de Jésus face à ceux qui l’arrêtent ?
a) inquiète
b) calme
c) il cherche à s’enfuir
d) il appelle les disciples à se défendre avec lui ? Réponses possibles :
b/ Calme.


Jn 18, 1-11
(Traduction PAROLE DE VIE)

Après que Jésus a dit cela, il part avec ses disciples, de l'autre côté du torrent du Cédron. Là, il y a un jardin où il entre avec ses disciples. 
Judas, celui qui va livrer Jésus, connaît cet endroit. En effet, Jésus est souvent venu là avec ses disciples. Judas conduit une troupe de soldats et des gardes du temple. Ils viennent de la part des chefs des prêtres et des Pharisiens. Ils arrivent dans le jardin avec des torches, des lampes et des armes. Jésus sait tout ce qui va lui arriver. Il s'avance et leur demande : « Qui cherchez-vous ? » 
Les soldats lui répondent : « Jésus de Nazareth. » Il leur dit : « C'est moi. » Avec les soldats, il y a aussi Judas, celui qui livre Jésus. Au moment où Jésus leur dit : « C'est moi », les soldats reculent et tombent par terre. Il leur demande une deuxième fois : « Qui cherchez-vous ? » Ils lui disent : « Jésus de Nazareth. » 
Jésus leur répond : « Je vous l'ai dit, c'est moi. Si c'est moi que vous cherchez, laissez partir ceux-là ! » De cette façon, ce que Jésus a annoncé se réalise : « Père, je n'ai perdu aucun de ceux que tu m'as donnés. » 
Simon-Pierre porte une épée. Il la sort de son étui, il frappe le serviteur du grand-prêtre et lui coupe l'oreille droite. Ce serviteur s'appelle Malkus.  Mais Jésus dit à Pierre : « Remets ton épée dans son étui. La coupe de souffrance que le Père m'a donnée, est-ce que je ne vais pas la boire ? »

La nuit devant les grands prêtres (2e étape)

Réponds aux questions à l’aide du texte ci-dessous ( et clique sur chaque question pour vérifier ta réponse)

Quels sont les deux motifs religieux pour lesquels Jésus a été condamné ?
Réponses : Un faux témoignage selon lequel Jésus a prétendu pouvoir détruire le temple de Jérusalem et en reconstruire un en 3 jours. Jésus dit qu’il est bien « le messie, le fils du Dieu que nous adorons ».


Pourquoi le grand prêtre dit que Jésus insulte Dieu ?
Réponse : Parce que Jésus dit qu’il est le messie et le fils de Dieu. Le tribunal religieux (sanhédrin) attend comme messie un vrai roi, pas quelqu’un qui est condamné.


Comment réagit Pierre à la condamnation à mort de Jésus ? (plusieurs réponses à trouver)
Réponses :
Il a peur
Il est triste
Il est seul
Il a froid
Il se met à mentir


Pourquoi Pierre pleure à la fin ?
Réponse : Il réalise qu’il a abandonné Jésus en le reniant trois fois.


Marc 14,53-72

Ils emmènent Jésus chez le grand-prêtre. Là, tous les chefs des prêtres, les anciens et les maîtres de la loi se réunissent. Pierre suit Jésus de loin et il entre chez le grand-prêtre. Il s'assoit dans la cour avec les serviteurs et il se chauffe près du feu. Les chefs des prêtres et tout le Tribunal religieux cherchent une raison d'accuser Jésus pour le condamner à mort, mais ils n'en trouvent pas. En effet, beaucoup de témoins disent des mensonges contre Jésus, mais ils ne sont pas d'accord entre eux. Quelques-uns se lèvent et ils accusent Jésus en disant ce mensonge : « Nous l'avons entendu dire : “Je détruirai ce temple que les hommes ont construit. Et en trois jours, j'en bâtirai un autre qui ne sera pas construit par les hommes.” » 
Mais même ces témoins-là ne sont pas d'accord entre eux. Alors le grand-prêtre se lève devant tout le monde et il demande à Jésus : « Tu ne réponds rien ? Qu'est-ce que ces gens disent contre toi ? » Mais Jésus se tait, il ne répond rien. De nouveau, le grand-prêtre lui demande : « Est-ce que tu es le Messie, le Fils du Dieu que nous adorons ? » Jésus lui répond : « Oui, je le suis. Et vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite du Dieu tout-puissant, et venir parmi les nuages du ciel. » Alors le grand-prêtre déchire ses vêtements et il dit : « Nous n'avons plus besoin de témoins ! Vous l'avez entendu insulter Dieu. Qu'est-ce que vous en pensez ? » Tout le monde condamne Jésus et dit qu'il doit mourir. Quelques-uns se mettent à cracher sur lui. Ils couvrent son visage, ils le frappent à coups de poing et lui disent : « Qui t'a frappé ? Devine ! » Les serviteurs prennent Jésus et lui donnent des gifles. Pierre est en bas, dans la cour. Une servante du grand-prêtre arrive. Elle voit Pierre qui se chauffe, elle le regarde et lui dit : « Toi aussi, tu étais avec Jésus de Nazareth ! » Mais Pierre répond : « Non ! Je ne comprends pas et je ne sais pas ce que tu veux dire ! » Ensuite, il va à l'entrée de la cour. Alors un coq chante.
La servante voit Pierre et elle recommence à dire à ceux qui sont là : « Cet homme est un des disciples ! » 
Mais Pierre dit encore une fois : « Non ! Pas du tout ! » Un peu plus tard, ceux qui sont là disent de nouveau à Pierre : « Sûrement, tu es un des disciples ! En effet, tu es de Galilée, toi aussi ! » Pierre se met à dire : « Que Dieu me punisse si je mens ! Je ne connais pas cet homme, je le jure ! » Au même moment, un coq chante une deuxième fois. Alors Pierre se souvient que Jésus lui a dit : « Avant que le coq chante deux fois, tu diras trois fois que tu ne me connais pas. » Et Pierre se met à pleurer.

Devant Pilate (3e étape)

Réponds aux questions en t'aidant du texte sous le dessin (tu as la réponse en cliquant sur chaque question)

Pilate a-t-il envie de condamner Jésus ?
Réponse : Pilate pose des questions à Jésus. Il n’a pas envie de condamner Jésus car c’est un problème religieux, et lui représente le gouvernement romain.


La scène se déroule au moment de la fête de la Paque juive. Quel événement de leur histoire les Juifs célébraient-ils au cours de la Pâque ?
Réponse : La paque juive célèbre la libération du peuple hébreu à l’époque de Moïse. Dieu conduit son peuple hors de l’esclavage en Égypte. Par tradition, à l’occasion de cette fête juive, le gouverneur libère un condamné.


Quelle est le rôle des grands prêtres ce matin-là ?
Réponse : Les chefs des prêtres et les anciens poussent la foule à demander Barabbas et à faire mourir Jésus.


Mt 27,11-31

On amène Jésus devant Pilate, le gouverneur. Le gouverneur l'interroge en lui disant : « Est-ce que tu es le roi des Juifs ? » Jésus lui répond : « C'est toi qui le dis. » Ensuite, les chefs des prêtres et les anciens accusent Jésus, mais il ne répond rien. Alors Pilate lui dit : « Tu n'entends pas tout ce qu'ils disent contre toi ? » Mais Jésus ne donne aucune réponse à ce qu'ils disent, et le gouverneur est très étonné.
À chaque fête de la Pâque, le gouverneur a l'habitude de libérer un prisonnier, celui que la foule veut. À ce moment-là, il y a un prisonnier célèbre. Il s'appelle Jésus Barabbas. Les gens se sont rassemblés, et Pilate leur demande : « Je vais vous libérer un prisonnier. Qui voulez-vous : Jésus Barabbas ou Jésus qu'on appelle Messie ? » En effet, Pilate sait bien qu'ils lui ont livré Jésus par jalousie. Pendant que Pilate est assis au tribunal, sa femme envoie quelqu'un pour lui dire : « Ne t'occupe pas de l'affaire de cet homme innocent ! Cette nuit, dans un rêve, j'ai beaucoup souffert à cause de lui. »
Les chefs des prêtres et les anciens poussent la foule à demander Barabbas et à faire mourir Jésus. Le gouverneur leur dit : « Je vais vous libérer un prisonnier. Lequel des deux voulez-vous ? » Ils répondent : « Barabbas ! » Pilate leur demande : « Qu'est-ce que je vais donc faire de Jésus qu'on appelle Messie ? » Tout le monde répond : « Cloue-le sur une croix ! » Pilate leur dit : « Qu'est-ce qu'il a donc fait de mal ? » Mais ils se mettent à crier encore plus fort : « Cloue-le sur une croix ! » Pilate voit qu'il n'arrive à rien, et l'agitation est de plus en plus grande. Alors il prend de l'eau et il se lave les mains devant la foule en disant : « Je ne suis pas responsable de la mort de cet homme. C'est votre affaire ! » Tout le peuple lui répond : « Nous acceptons d'être responsables de la mort de cet homme, nous et nos enfants ! » Alors Pilate leur libère Barabbas. Il fait frapper Jésus à coups de fouet et il le livre aux soldats pour qu'ils le clouent sur une croix. Alors les soldats romains emmènent Jésus dans le palais du gouverneur. Ils rassemblent toute la troupe autour de lui. Pour se moquer de lui, ils lui enlèvent ses vêtements et lui mettent un habit rouge. Ils tressent une couronne avec des branches épineuses et la posent sur sa tête. Ils lui placent un roseau dans la main droite. Ensuite, ils se mettent à genoux devant lui et ils se moquent de lui en disant : « Salut, roi des Juifs ! » Ils crachent sur lui et ils prennent le roseau pour le frapper sur la tête. Quand ils ont fini de se moquer de Jésus, ils lui enlèvent l'habit rouge et lui remettent ses vêtements. Après cela, ils l'emmènent pour le clouer sur une croix.

La crucifixion (4e étape)

La crucifixion, c’est quoi ?
Mise à mort usuelle dans l’antiquité romaine, réservée aux brigands et malfaiteurs. Le condamné était cloué sur une croix, et mourrait par asphyxie.

Lis le texte biblique, puis réponds aux questions sous le dessin :

Luc 23, 26, 32-56

Les soldats emmènent Jésus. Ils rencontrent Simon, un homme de Cyrène, qui revient des champs. Ils l'obligent à mettre la croix sur son dos, pour qu'il la porte derrière Jésus. On emmène aussi deux autres hommes, des bandits, pour les faire mourir avec Jésus. Ils arrivent à l'endroit appelé « Le Crâne ». Là, les soldats clouent Jésus sur une croix. Ils clouent aussi les deux bandits, l'un à sa droite, l'autre à sa gauche. Jésus dit : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. » Les soldats tirent au sort pour savoir qui aura ses vêtements. Puis ils les partagent entre eux. Le peuple est là et il regarde. Les chefs des Juifs se moquent de Jésus en disant : « Il a sauvé les autres. Eh bien, il n'a qu'à se sauver lui-même, s'il est vraiment le Messie, celui que Dieu a choisi ! » 
Un des bandits cloués sur une croix insulte Jésus en disant : « Tu dis que tu es le Messie. Alors, sauve-toi toi-même et sauve-nous aussi ! » Mais le deuxième bandit fait des reproches au premier en lui disant : « Tu es condamné à mort comme cet homme, et tu ne respectes même pas Dieu ? Pour toi et moi, la punition est juste. Oui, nous l'avons bien méritée, mais lui, il n'a rien fait de mal ! » Ensuite il dit à Jésus : « Jésus, souviens-toi de moi, quand tu viendras comme roi. » Jésus lui répond : « Je te le dis, c'est la vérité : aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis. » Les soldats aussi se moquent de Jésus. Ils s'approchent de lui et ils lui offrent du vinaigre en disant : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! » Au-dessus de Jésus, on a mis une pancarte avec ces mots : « C'est le roi des Juifs. »
Quand il est presque midi, le soleil s'arrête de briller. Dans tout le pays, il fait nuit jusqu'à trois heures de l'après-midi. Le rideau qui est dans le temple se déchire au milieu, en deux morceaux. Jésus pousse un grand cri, il dit : « Père, je remets ma vie dans tes mains. » Et, après qu'il a dit cela, il meurt. L'officier romain voit ce qui est arrivé, et il dit : « Gloire à Dieu ! Vraiment, cet homme était un juste ! »
Beaucoup de gens sont venus pour regarder ce spectacle. Ils voient ce qui est arrivé. Alors, tous rentrent chez eux, pleins de tristesse. Tous les amis de Jésus et les femmes qui l'ont accompagné depuis la Galilée se tiennent assez loin. Ils regardent ce qui se passe. Il y a là un homme appelé Joseph, de la ville juive d'Arimathée. Il fait partie du Tribunal religieux. C'est un homme bon et juste, il attend le Royaume de Dieu. Il n'est pas d'accord avec ce que le Tribunal a décidé et fait. Joseph va voir Pilate, il lui demande le corps de Jésus. Ensuite, Joseph descend le corps de la croix, il l'enveloppe dans un drap et il le met dans une tombe creusée dans le rocher. Dans cette tombe, on n'a encore enterré personne. 
C'est vendredi, et le sabbat va commencer.
 
Les femmes qui ont accompagné Jésus depuis la Galilée viennent avec Joseph. Elles voient la tombe, elles regardent comment on place le corps de Jésus. Ensuite elles rentrent chez elles. Elles préparent l'huile et les parfums pour son corps, mais, le jour du sabbat, elles ne travaillent pas. En effet, c'est interdit par la loi.

Réponds aux questions (tu as la réponse en cliquant sur la question)

Qu’y a-t-il écrit sur l’écriteau placé sur la croix ?(phrase codée)
Réponse : C’est le roi des juifs



Quelles sont les paroles de Jésus sur la croix dans ce texte de Luc ?
- J’ai soif
- C’est ta mère ?
- Père je remets ma vie dans tes mains
- Père pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.
- Mon Dieu mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ?
Réponse :
Père je remets ma vie dans tes mains
Père pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.



Que disent les gens au pied de la croix?
- Il en a sauvé d’autres, eh bien, il n’a qu’à se sauver lui-même
- Descends de la croix
- Écoutez, il appelle Elie
- Vraiment cet homme était un juste (innocent).
Réponse :
Il en a sauvé d’autres, eh bien, il n’a qu’à se sauver lui-même
Vraiment cet homme était un juste (innocent).





Les objets de la passion

Associe les images avec les textes :

pièces pièces
coq coq
couronne couronne
vinaigre vinaigre

La mort de Jésus, un échec ?

Oui, dans la mesure où Jésus meurt injustement condamné par ses adversaires, à peine soutenu par quelques amis.
Non, car Jésus reste fidèle à lui-même et à Dieu. Il n’a manifesté aucun geste de haine. Et l’histoire n’en reste pas là… puisque trois jours après sa mort, il va ressusciter.
Les adversaires ont mis fin à ses jours, mais ne sont pas parvenus à supprimer son message, l’amour inconditionnel de Dieu pour tous.

La mort de Jésus, un échec ?

Écoute la passion

(Bach, 1724)